Tuesday, April 7, 2015

Sans les mains


.pierres-info.fr/harrijasotzaile_et_stone_puter/index.html






Gaston ... Le retour ... Oui, c'est moi qui reviens vous faire bailler avec mes histoires de levage de pierre ...

   La dernière fois j'ironisais en affirmant que cette discipline serait bientôt homologuée aux Jeux Olympiques, sans savoir que le "Harrijasoketa" existait...

Quésaco ?, C'est ni plus, ni moins le "Lever de Pierre", ... Mes aïeux !, du basque harri (pierre) et jaso (lever) et cette discipline fait partie des épreuves de force pratiquée dans le Pays Basque.
Deux concurrents doivent lever le maximum de fois des pierres de diverses manières, dimensions et poids déterminés (comme si une fois ça ne suffisait pas...).

   Et pour encore plus m'énerver, alors qu'au départ il levait des patates difformes (à partir desquelles on aurait encore pu discuter du poids exact...), au début du XXe siècle, ils ont réglementé le poids et ont créé des familles géométriques : cylindrique, cubique, sphérique et parallélépipède rectangle.


   Le Granit noir utilisée (harri beltza) provient des carrières de Zumarraga et Lástur en Espagne. C'est aussi un matériau apprécié en construction.

   L'harrijasotzaile le plus célèbre a été Iñaki Perurena qui en 1999 a atteint le record de 1 000 levers consécutifs d'une pierre de 100 kg en 5 h et 4 minutes (personnellement, j'ai pleuré en apprenant ça...).


INAKI dans ses œuvres
Et ce n'est pas tout... En 1990, il a battu le record précédent en poids en levant une pierre de 315 kg. Il est capable de lever trois fois, avec une seule main, une pierre de 250 kg et de lever quatre fois, également avec une seule main, une pierre de 200 kg.
Bien que son enregistrement du lever de pierre avec une main ait été fixé à 267 kg, il peut lever une pierre de 320 kg en utilisant ses deux mains.
Quant à la pierre ronde, non seulement ils la lève, mais la fait aussi tourner autour du cou (pour masser les cervicales...) et fait le tour de la place en courant, ainsi chargé !


Alors là, c'est Joselito
... juste avant sa fracture du crâne...

Mme aussi à les boules !...

Ben oui ! Il faut commencer
jeune ...

   Mais les basques ne sont pas les seuls à se faire mal comme ça. Il y a les écossais aussi avec leur fameux "Stone Put" (lancer de pierre) des Highland Games (Jeux Ecossais)
Une centaine de Highland Games sont organisés en Ecosse de mai à septembre ! Les plus importantes manifestations, les Cowal Games (Cowal Highland Gathering) se tiennent à Dunoon. Ils accueillent entre 15 et 20 000 spectateurs et plusieurs centaines de participants !
Mais les plus prestigieux se tiennent à Braemar car ils ont l'honneur d'accueillir la Reine du Royaume-Uni.

   A noter que les Highland Games ne sont pas organisés qu'en Ecosse, mais un peu partout dans le monde. Les Etats-Unis accueillent beaucoup de manifestations, en particulier ceux de Grandfather Mountain en Caroline du Nord, considérés comme les plus grands du monde.

   Dans l'épreuve du Stone Put, que l'on pourrait comparer au lancer du poids traditionnel ..., le costaud lance une pierre de 15 kg à partir d'une ligne en prenant un élan de 3 pas et doit lancer la pierre à hauteur de l'épaule. Si elle dépasse la ligne de départ, si le lanceur soulève la pierre avec de l'aide ou encore s'il ne lance pas la pierre à hauteur de l'épaule, "crap ", l'essai est nul.


Oui, oui, c'est bien une dame...

Bon, c'est pas facile de sourire...

Une épreuve de «pierre de force" (Pierre Manhood) existe également. Elle consiste à soulever une grosse boule de pierre du sol jusqu'à une certaine hauteur ou de la placer sur un support (tonneau, mur, ...).
Cela donne encore de belles images...


On a beau être écossais,
ce n'est pas donné à tout le monde...

Après, forcément ils ont soif...
et ils vident les tonneaux ...

   La France n'est pas en reste car elle compte aussi une équipée, l'Association Sportive des Jeux d'Ecosse en France (AJEF), qui promeut les Highland Games en France. Elle organise tous les deux ans une compétition européenne à Bressuire (entre Nantes et Poitiers).

   Bon, compte tenu de la claque que je me suis prise en découvrant ces gaillards et leurs exploits, comparés à mes modestes "sciés 6 faces", j'avais décidé de m'entraîner à mon tour avec mon pote Bébert, et cela commençait à donner quelques résultats - la preuve : ....


Bébert, ... Sans les mains ! ...
df

No comments:

Post a Comment